chevron_leftMore public letters sent to the future

A letter from November 26th, 2018

Salut moi,
D'un commun accord : j'ai une mémoire de merde. Du coup, comme les petites fleurs et les cœurs sur les i dans un carnet rose, c'est pas mon truc, je me suis dis que j'allais m'écrire des petites lettres comme ça. Tu (oui je varie entre je et tu, y'a quoi ?) vas surement trouver ici un abominable fouillis de faute d'orthographe (j'espère sincèrement que ce problème sera éradiqué de ta vie à l'heure où tu lis ces lignes, sinon : abandonnes) - quoique je jure que je les ai relis avec attention - et (tu en fais actuellement l'expérience), des phrases bien trop longues et complexes qui sont, 5ans plus tôt, en train de te trainer vers l'échec scolaire. Je suis actuellement dans mon canapé, sortant d'une vidéo de Mademoizelle.com présentant, en autre, ce site, et écoute d'une oreille (en réalité sans oreille du tout à ce stade), un énième épisode de Suits qui ne m'intéresse pas (qu'est ce que tu ne fais pas pour ta maman...). Je me suis un peu précipité ici sans réfléchir. Cependant, maintenant que je prend le temps de le faire : ce site tombe bien. Ma vie est un "désastre" ("a mess" mais je ne trouve pas de traduction adéquate), la prépa est comme un grand blanc entre des bords incertains ce qui a le chic de la dépourvoir de tout sens. Tout les jours je vais en cours en me demandant ce que je fous là. Si 5ans plus tard, c'est ligne te parviennes en écho à ta situation actuelle : s'il te plaît, réagit.
Cette lettre me fait penser au manga Orange. Si tu ne l'as pas vu depuis longtemps : revoie-le, à 17ans (ou 18...) il m'a fait pleurée.
En réalité, je me suis précipitée sur cette lettre. Me connaissant, je devrais (voudrais) attendre le bon moment : genre durant la période de révision des concours, ou alors le dernier jour de cours à Lakanal : au bout du plongeoir, prête pour le grand saut alors que l'eau n'a jamais semblé si sombre et opaque.
Mais j'ai envie de faire ça maintenant. J'hésite à envoyer cette lettre dans seulement un an du coup... Et de me garder celle de 5ans pour un moment plus dramatique. Je vais surement faire ça, alors remplace le haut de la lettre en fonction. Du coup, je te parlerais - un peu plus tard pour moi, beaucoup plus tard pour toi - de choses plus profondes, des doutes plus destructeurs qui me dévore à petit feu.
Pour l'instant, si la perspective qui me fait face est celle d'une petite année, voici mes souhaits : peu importe la finalité que prendra ces deux années : ne perd jamais ta ligne de conduite, ne tourne jamais le dos à ton humilité, ta capacité de te satisfaire de peu, parce que c'est déjà beaucoup. Sois fière, fière de l'avoir fais et de l'avoir fais dans les règles. Tu passes peut être beaucoup de temps à dire que tu fais rien en comparaison aux autres, mais n'oublie pas qu'à l'échelle du monde étudiant : tu as fait beaucoup.
Ne cours pas après les gens, mais prend soin de ceux qui t'aiment et qui ont toujours pris soin de toi. Prends soin de Lyna : personne n'est plus présent qu'elle en ce moment pour moi.
Je n'ai pas besoin de te le dire mais soit présent pour tout le groupe médecine, dans les multiples sens : soutient ceux qui ont échoué, et retrouves les toutes.
Plus que tout : rattrape le temps. C'est maintenant, la prépa à grignoté lentement ta vie et tes proches : cours après eux. Oublie ton égo : propose au gens de sortir, partez en vacance.
Les gens de ta prépa aussi : ne les oublie pas trop vite : les temps ont été dur, mais ce sont des gens vraiment biens.
Passe ton permis : CETTE ANNÉE !
J'arrive à la fin de mes recommandations. J'en ai surement des dizaines d'autres, mais je sens que cette lettre va être un coup dans l'eau, un ricochet raté parce qu'on ne s'est pas assez concentré avant de lancer (as-tu déjà réussi à faire un ricochet ?).
Si tu ressens un vide : parle à ta cousine Armande. Son voyage pourra peut-être t'apporter des choses.
Bref, je dois aller me coucher.
Je ne fais jamais des choses comme ça : aussi précipité, sans prendre la mesure.
Je vais le faire, ça changera.
Prend sur toi avec ta mère : n'oublie jamais qu'elle est la chose la plus importante, la plus parfaite, la plus aimante que tu aies eu dans ta vie. Aime la s'il te plait, aime la fort, montre le lui. Sauve la s'il te plait. Aies la force de dire ces sentiments qui me font pleurer devant mon ordinateur.
Peu importe où tu es : ce n'est qu'un an et dans tout les cas : je t'aime.

PS : je ne relierai pas cette lettre - j'ai menti

Sent 12 months to the future, from November 26th, 2018 to 20 days ago

Ready to send your own letter to the future?

Write a Letter
Press ← and → on your keyboard to move between letters
Sponsored
Sponsored